Masdar - A Green City in the Land of Black Gold

View all photos

Masdar city, a laboratory city in the land of black gold

 

A futuristic ecological city, Masdar sprang in 2008 from the Abu Dhabi desert, an emirate full of oil. In its heart, Masdar City is home to a university specializing in advanced technologies of sustainable development. Every day, students experience the life of tomorrow.

 



Masdar est appelé à s’intégrer à Abu Dhabi City, tel un satellite, au fur et à mesure de son développement. La ville a été pensée pour réduire le coût énergétique induit par la climatisation artificielle.

Beaucoup de jeunes disent qu'ils ont l'impression d'être dans une soucoupe volante posée dans le désert, rapporte Fred Moavenzadeh, président du MIST ! ici, a Bibliothéque qui a été conçu par l'agence Foster et Partner.

Les chambres des étudiants ont encore une vue sur le désert, mais bientôt, la ville ceinturera la citée universitaire : 40 000 habitants sont attendus d'ici à 2030. Les premiers habitants devraient arriver en 2017.

A Masdar, un majestueux escalier, situé au centre du hall d'entrée, incite les visiteurs à monter à pied. Les énergivores ascenseurs sont situés sur le côté, à l'abri des tentations ! L'un des objectifs de cette ville vise à changer le comportement des habitants des Emirats Arabes Unis afin de réduire leur empreinte carbone.

Pour se déplacer, les habitants doivent laisser leur voiture à l'entrée de la cité - entièrement piètonne - et monter à bord de véhicules électriques auto-guidés : les Transports Rapides et Personnels (PRT).

Pour se déplacer, les habitants doivent laisser leur voiture à l'entrée de la cité - entiérement piétonne - et monter à bord de véhicules électriques auto-guidés : les Transports Rapides et Personnels (PRT). Truffés de capteurs, les PRT circulent sur une ligne unique. Chacun peut accueillir jusqu'à quatre passagers. Dans le sol, des aimants ont été insérés tous les deux mètres que ces véhicules détectent, grâce à un outil magnétique

« Chaque détail de la ville est un objet de recherche en soi ».

Comme au sommet de la bibliothèque, tous les toits de Masdar city sont couverts de panneaux solaires. Une centrale photovoltaïque de 10 mégawatts a également été aménagée aux abords de la ville.

Masdar city gagne du terrain sur le désert mais plus qu'une nouvelle ville c'est un éco quartier aux portes de Abu Dhabi et proche de l'aéroport qui sort du sable.

Masdar veut passer de simple fournisseur d'énergie à une économie du savoir. Le Masdar Institute of Science and Technology (MIST) a été conçu en étroite coopération avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT Cambridge).

Ce laboratoire urbain géant accueille 491 étudiants et 93 professeurs. Masdar commence également à attirer des entreprises. En janvier 2014, Siemens y a établi son siège social pour le Moyen Orient : 800 employés y travaillent. Et, au mois de mars 2015, l’Agence Internationale de l’Energie Renouvelable (Irena) a ouvert ses portes sur le site de Masdar.

Cette tour à vent en acier recyclé, haute de 45 mètres et équipée de brumisateurs, permet de rabattre les courants d’air afin d’apporter de la fraîcheur. Les architectes de Foster and Partners ont modernisé les badgirs, ces tours à vent qui ventilaient autrefois les maisons.

Un chercheur américain en plein travail dans les laboratoires du MIST recherchant de nouveaux bio carburants.

L’empreinte écologique des Emirats Arabes Unis est la troisième au monde par habitant. Si tous les Terriens adoptaient leur mode de vie, il faudrait cinq planètes afin de subvenir à leurs besoins.

Une tour à vent en acier recyclé, haute de 45 mètres et équipée de brumisateurs, a été érigée sur une des places centrale.

Les façades des laboratoires universitaires sont recouvertes de trois couches d’isolants ingénieusement superposées : un film plastique et une couche d’air, afin d’apporter une lumière naturelle, auxquels s’ajoute un miroir réfléchissant les rayons brûlants du soleil.

La centrale thermique solaire à concentration Shams 1. Le site s’étend sur l’équivalent de 285 terrains de foot. Sa capacité, en plein rendement, s’élève à 100 mégawatts, soit la consommation de 20 000 foyers. Ici, une visite de scolaires.

Au MIST, un groupe de travail, dirigé par un Français, a pour axe de recherche : le stockage de l’énergie thermique solaire.

Vue de Yas Island. Cette île artificielle abrite plusieurs parcours de golf ainsi que le circuit Yas Marina de formule 1 et un parc à thème dédié à la luxueuse marque automobile : Ferrari. Autant d'activités, trés émettrices de gaz à effet de serre et dispendieuses en énergie, pratiquées à 10 minutes seulement de Masdar City !

La capitale de l'Emirat d'Abu Dhabi se caractérise par son étalement urbain, au contraire de la cité de Masdar qui est compacte et dense.

La centrale thermique solaire à concentration Shams 1. « C’est très intéressant ce qui se passe aux Emirats Arabes Unis : aujourd’hui, ils sont les rois du pétrole. Demain, ils seront les rois du soleil » dit Nicolas Calvet, premier - et jusqu’à présent seul - professeur venu de France à l'université de Masdar City.

Le soleil est une ressource d’énergie infinie. En témoigne la centrale thermique solaire à concentration. Shams 1 a été initiée par Masdar Corporate, une compagnie gouvernementale, spécialisée dans les énergies renouvelables, divisée en quatre unités : le Masdar Institute of Science and Technology, Masdar city, Masdar capital (dédié à l’investissement) et Masdar clean energy. Cette infrastructure permet d’éviter de rejeter dans l’atmosphère 175 000 tonnes de CO2 par an, comme si 15 000 voitures s’arrêtaient de rouler.